Fabrizio, c’est le mec sympa qui, lorsque j’étais étudiant à St Luc, en 1986, m’a donné ma chance et m’a permis de collaborer sur son album Duplex & Caltex. Une première expérience professionnelle riche en rencontres et en apprentissage. Et bien évidement il en a profité pour m’initier aux célèbres nuits liégeoises.

Jacques Sondron
Cartooniste

A mon sens, le travail de Fabrizio Borrini reflète sa belle énergie, son style indéniable et sa créativité fougueuse. Un messager visuel qui relie le ciel et la terre et nous met la tête dans les étoiles.

Catherine Crate
Créatrice de mode à New York

Sous ses faux airs de Bruce Willis, Fabrizio Borrini est un poète ; ses oeuvres ont la légèreté de l'insouciance de l'enfance qu'il porte en lui...

Maëster
Dessinateur Fluide glacial

En voyant la façon dont Fabrizio tenait son pinceau, j'ai tout de suite vu qu'il avait ça dans le sang. Pour lui, peindre, c'est un solo de guitare.

Steve Cuzor
Dessinateur BD

Tiens ? C’est lui là à côté de la femme debout devant le flipper ». Nous sommes en rue et c’est mon ami Serge qui me désigne quelqu’un au comptoir de La Tête de l’Art et me dit : « Il a déjà publié une BD, tu devrais le rencontrer ». J’ai 17 ans, je dessine énormément, je n’ai jamais pensé que cela pouvait devenir une occupation sérieuse et là on me désigne quelqu’un de ma génération qui existe dans ce métier et qui en fait au moins une profession de foi. Je ne sais pas pourquoi je n’ai jamais oublié cette anecdote. Le temps va passer, je suis sur un campement d’indignés en fin de vie. Fabrizio apparait en couple, nous parlons comme si nous nous connaissions depuis toujours. Il est curieux et me propose de venir raconter cette épopée grandiose et dérisoire aux Chiroux, lors d’un colloque sur la Résistance. Sans le vouloir, la radicalité de mon propos va crisper la salle de lycéens tempérés. Sans que ce ne soit vraiment nécessaire, Fabrizio me vient en aide et retape par son intervention une soupière de Kérosène sur l’auditoire. Youppie quand même. Il y aurait encore beaucoup de choses à dire mais je dirai qu’à travers notre tentative d’investir un bâtiment boulevard de la Sauvenière pour en faire un épicentre de la créativité à travers son invitation dans le Festival l’Usine à Bulles – au théâtre de Liège, ce qui m’a frappé en dehors de son énergie créatrice et de son talent, c’est l’intérêt réel qu’il porte au travail des autres dans son domaine de prédilection mais aussi dans les autres chapelles formelles et dans les autres disciplines. Et ça, pour un artiste, c’est assez rare et cela s’avère extrêmement précieux pour l’époque qui vient !

Werner Moron
Artiste plasticien

Fabrizio Borrini …. Je l'ai connu Fabrice il y a longtemps. Il était jeune , bouillonnant , autant rempli d'incertitudes que de certitudes, toujours à la recherche de quelque chose qui devait avoir avec l'absolu. Il était une chose certaine , c'est que quoi qu'il soit amené à toucher il naitrait quelque chose de spécial. Une cuillère et une fourchette la maison se transformait en caisse de résonance pour un fabuleux concert de percutions ou mêmes les murs se transformaient en instruments . Une fourchette et une cuillère et naissait le meilleurs spaghetti de la terre et même les murs se transformaient en assiettes. Nous étions une bande de jeunes artistes assoiffé de découverte, Fabrizio de tous était le plus assoiffé, monsieur plus , mister no-limit. C' est formidable c'est de voir sur quoi cette soif d’infini à débouché. Sans fin , mais canalisé son art fluctue , coule à gros torrent aussi fort, tumultueux que lui. Il se laisserait aller, il recouvrirait la ville entière de ses allégories...pour commencer. Fabrizio est un artiste énorme, ouvrez lui les portes , il vous éclaboussera de son talent. Fabrizio, mon ami ne t'arrête jamais , ne te pose surtout aucunes limites, n'oublie jamais de déborder de la feuille, tu es génial et tu le seras toujours tant que tu brûleras de ce feu ardent que je te connais “ adentro” Et pour terminer un petit mot de “ l' au-delà” j'ai toujours cette lampe dont tu a si bien “illustré” l’abat-jour . Mes parents me l'ont gardée longtemps pendant mes recherches de territoires idéaux. Quand je l'ai récupérée mon père a vraiment été peiné. Je ne sais plus si je t'avais fait passer le message, mais sache que WILL adorait ce que tu fais. Hasta la vista amigo »

Eric Maltaite
Dessinateur BD